Pêcheurs des Kerkennah

Des pêcheurs des îles tunisiennes Kerkennah voient leur gagne-pain menacé par le chalutage de fond, une méthode de pêche qui réduit considérablement les stocks de poissons. Un mode de vie traditionnel en voie de disparition.

Voir reportage

A propos

Agrandir la carte

Masquer la carte

Pêcheurs des Kerkennah

Les îles Kerkennah forment un petit archipel au large de la côte de la Tunisie, dans la mer Méditerranée. Les premières mentions de ces îles remontent à l'époque phénicienne. Elles étaient occupées par les Romains et, pendant des siècles, elles ont été régulièrement disputées par les puissances de l'empire Ottoman et d’Europe occidentale en raison de leur importance stratégique. Les îles sont arides et peu élevées, leur plus haut point au-dessus du niveau de la mer n'étant que de 13 mètres. Les Kerkennah comptent près de 14 400 habitants dont l'économie repose essentiellement sur la pêche pour subsister.

Quelques 2 000 bateaux de pêche partent de ces îles pour exploiter les eaux à petite échelle à l’aide de méthodes ancestrales comme par exemple des nasses en feuilles de palmier tressées pour pêcher en eau peu profonde.

Au cours des dernières décennies, ces pêcheurs traditionnels ont vu leurs moyens de subsistance menacés par le chalutage de fond (où de grands filets sont traînés sur le fond marin). Cette méthode de pêche industrielle réduit non seulement les stocks de poissons d'une manière dramatique, mais elle déracine aussi les plantes du fond marin, ce qui détruit des zones de reproduction et entraîne l'érosion des côtes. Souvent, le matériel de chalutage de fond ramasse sur son passage les filets traditionnels et les entraîne très loin de l'endroit où ils ont été déployés par leurs propriétaires d'origine. Les lois qui interdisent le chalutage de fond dans la région sont ouvertement bafouées. Selon certaines estimations, les prises des pêcheurs locaux des Kerkennah ont baissé de 50 % au cours des dernières années.

Lire la suite