Zone d’espoir

Les élèves de l’école Tawasol à Istabl Antar, l’un des quartiers les plus déshérités du Caire, acquièrent des compétences qui les équiperont pour l’avenir. L’école est une zone d’espoir en plein milieu d’un bidonville.

Voir reportage

A propos

Agrandir la carte

Masquer la carte

Zone d’espoir

Istabl Antar est un bidonville densément peuplé du Vieux-Caire. Les résidents de ce quartier vivent dans une extrême pauvreté et son confrontés à une multitude de problèmes sanitaires, sociaux et de logement. De nombreuses maisons sont faites de planches de bois et de briques de boue, ne comprennent qu’une seule pièce et n’ont pas l’eau courante. Il y a peu de rues – les maisons sont accessibles par des passages étroits – et aucun système officiel de ramassage des ordures ou d’évacuation des eaux usées.

Mais au cœur d’Istabl Antar, une école fondée par l’association Tawasol, une ONG fondée en 2008, est en train de transformer des vies. L’école Tawasol part du principe que, même si une bonne éducation est une excellente façon d’échapper à la pauvreté, peu de parents peuvent se permettre d’envoyer leurs enfants à l’école puisqu’ils ont besoin de travailler et de gagner de l’argent. Tawasol donne aux enfants la chance – en plus d’une éducation élémentaire – d’apprendre un métier, tel que le tissage de tapis, la menuiserie ou la broderie, pour lequel ils reçoivent une allocation hebdomadaire. L’école fournit également des installations pour une bonne nutrition et une bonne hygiène, une bibliothèque et un laboratoire informatique. Les frais de scolarité et les dépenses des élèves sont financés par une donation. En plus de ses activités à l’école, l’association Tawasol donne des cours aux adultes et est impliquée dans plusieurs projets concrets concernant Istabl Antar, notamment la mise en place d’un système d’évacuation des eaux usées.

Lire la suite