Les nouveaux décideurs

Des grèves dans les champs de pétrole libyens ont frappé le cœur de l’économie. Dans tout le pays, des travailleurs du pétrole ayant leurs propres objectifs utilisent ce pouvoir pour atteindre leurs buts. Ils sont les nouveaux décideurs.

Voir reportage

A propos

Agrandir la carte

Masquer la carte

Les nouveaux décideurs

La Libye est le deuxième plus grand producteur de pétrole d'Afrique, le premier fournisseur de l'Europe et une source majeure d’approvisionnement de gaz. Pendant 42 ans, le seul décisionnaire du pays a été Mouammar Kadhafi. Les choses ont changé après la révolution. Les décisions sont prises à la suite d'une interaction entre le gouvernement et les revendications du peuple. Mais quand le gouvernement n'apporte plus satisfaction et ne semble plus répondre aux exigences du peuple, le terrain redevient instable.

La frustration populaire grondant à l'égard du gouvernement intérimaire libyen, l'industrie du pétrole s'est retrouvée la cible d'attaques violentes, de raids et de manifestations civiles, mais aussi un moyen de résistance pour ceux animés de mobiles politiques plus spécifiques. Les dirigeants locaux, les tribus, les islamistes et les milices paraissent tous agir contre les efforts du nouveau gouvernement visant à consolider son pouvoir. Il semble qu’actuellement, ce soient les ouvriers des champs pétroliers du pays qui donnent à la politique nationale son orientation ; en un sens, ils sont devenus les nouveaux puissants décisionnaires.

Le Premier ministre Ali Zeidan a menacé d'user de la force contre ceux qui essaient de décentraliser le pouvoir du gouvernement en ciblant des pipelines, des raffineries et des terminaux d'exportation de pétrole. Cependant, un certain nombre d'installations ont été perturbées. En novembre 2013, le complexe pétrolier et gazier Mellitah à l'ouest du pays, près de la frontière tunisienne, est saisi et fermé par les membres de la minorité locale Amazigh (Berbères), qui revendiquent la reconnaissance de leur identité ethnique (selon eux toujours niée par le nouveau régime), l'extension de leurs droits politiques et le fait que leur langue soit garantie par la constitution. À Tobrouk, à l'est du pays, des fédéralistes se sont emparés des champs de pétrole pour essayer d'arrêter la production ou de la mettre sous leur propre contrôle. Ici et là, diverses factions antigouvernementales utilisent la fermeture de champs pétroliers comme une arme politique.

Lire la suite