Indésirables, réfugiés syriens au Caire

Les Syriens étaient autrefois bienvenus en Égypte, mais les attitudes ont changé. Abu Ali et sa famille ont fui la Syrie et vivent au Caire depuis plus d’un an. Mais ils veulent maintenant s’en aller.

Voir reportage

A propos

Agrandir la carte

Masquer la carte

Indésirables, réfugiés syriens au Caire

Selon le HCR, il y a plus de 136 000 Syriens inscrits comme réfugiés en Égypte. Entre la révolution de 2011 et la destitution de Mohamed Morsi, les Syriens furent bien accueillis en Égypte. Ils reçurent immédiatement un visa d’entrée avec permis de séjour de 6 mois et accès aux services de santé et à l’enseignement. Depuis l’éviction militaire de Morsi, il est devenu obligatoire pour les Syriens de faire une demande de visa et d’obtenir une habilitation de sécurité avant de venir en Égypte. Des centaines de Syriens ont été refoulés à la frontière ou déportés. Parvenus en Égypte, ils constatent souvent qu’ils sont confrontés à la discrimination, au harcèlement et même à la violence.

Ce changement d’attitude tient en partie à l’opinion politique vis-à-vis des Frères Musulmans. Des Syriens ont emboîté le pas à des manifestants pro-Morsi pendant et après le soulèvement militaire. Aujourd’hui, les Syriens constatent qu’ils sont étiquetés comme supporters de l’ancien président et des Frères Musulmans désormais bannis, et accusés d’organiser des complots contre le pays. Confrontés à ces positions, de nombreux réfugiés syriens ne veulent plus rester en Égypte.

Lire la suite